Le Sud-Ouest, un vignoble plein de PROMESSES et de GÉNÉROSITÉ

Après les effervescents du monde entier puis le vignoble jurassien, les membres du Square Wine Tasting Club se sont à nouveau retrouvé avec plaisir au bar du Normandy Hotel dans le 1er arrondissement de la capitale en raison des travaux de réagencement des locaux de Square à Neuilly-sur-Seine. Avec un thème inédit pour le Carré, à savoir les vins du Sud-Ouest. Une belle destination pour cette dégustation, sachant que nous étions particulièrement nombreux et avec beaucoup de participants dont c’était la première apparition au Club.

Sans surprise l’apéritif démarre avec un vin blanc effervescent nature du cépage mauzac du Domaine Plageoles de l’appellation Gaillac. L’occasion pour Marco Pelletier, le traditionnel animateur de nos dégustations, de nous rappeler que le vignoble de Gaillac, au Nord-Est de Toulouse, est le plus ancien vignoble de France et qu’il y avait déjà des vignes à Gaillac avant même l’arrivée des Romains. En 92 après JC, l’empereur romain Titus fait arracher 50% du vignoble local, ce qui se traduit par un très net recul de la production, qui repart en 280 après JC, notamment à Madiran. La production chute à nouveau lors de la révolution française puis lors du gel de 1956.

Après ce premier effervescent élevé selon une méthode ancestrale, donc avec une seule fermentation, place maintenant à un autre Gaillac, un vin de table demi-doux, également élevé selon une méthode ancestrale. Ce qui nous donne un vin très sucré, servi avec des blinis au caviar d’Aquitaine, qui s’avère un Préambulle du Domaine des Causses Marines.

Dans la foulée de cet apéritif chaleureux, direction notre grande table en U. La dégustation se poursuit alors avec un Côtes-du-Tarn blanc 2015 du cépage mauzac du Domaine Plageoles, un des plus importants de l’appellation. Ce vin sec et traditionnel aux saveurs de champignons de Paris est élevé sur les coteaux Nord de l’appellation (par opposition aux coteaux Sud dédiés aux vins rouges).

Marco Pelletier et les convives du Carré en début de dégustation le 22 mai 2017 au bar du Normandy Hotel à Paris

S’ensuit un vin nature issu du cépage chardonnay et aujourd’hui très prisé, un Château Lestignac provenant du Périgord. Ce qui donne un vin sans souffre avec beaucoup de tanins, une acidité mûre et des saveurs de pamplemousse et de citron vert.

Place ensuite à une Côte du Marmandais 2014, un vin du Lot-et-Garonne, baptisé Coucou Blanc du cépage sauvignon et élevé en biodynamie au Domaine Elian Da Ros sur un terroir calcaire.

Le duo de foie gras spécialement préparé par notre chef Dominique Giovinazzo servi avec un Irouléguy, un vin blanc du seul vignoble du Pays Basque

Direction le Pays Basque maintenant et son appellation Irouléguy avec cette cuvée Hegoxury 2015 du Domaine Arretxea, vraisemblablement le plus beau domaine (8,5 hectares) de ce vignoble de 200 hectares. Ce qui nous donne ici un joli blanc avec beaucoup de corps, servi sur du foie gras poêlé d’une part, du foie gras au Sauternes d’autre part, avec une pointe de crème balsamique.

Un magnifique carré de porc de Bigorre servi avec un Gaillac 2015 et un Pécharmant 2014

Après les vins blancs, place aux rouges du Sud-Ouest. Avec un Gaillac 2015, issu du cépage duras, un cépage spécifique à l’appellation, d’une petite propriété de cinq hectares baptisée Domaine Vignereuse. L’occasion de découvrir un vin relativement poivré servi sur de magnifiques carrés de porc de Bigorre, spécialement préparés par notre chef Dominique Giovinazzo.

Nous découvrons ensuite L’Abbaye, un Pécharmant rouge 2014 du vignoble de Bergerac, un vin composé de 70% de merlot issu du Domaine de l’Ancienne Cure.

Nous faisons alors un saut à Cahors afin de découvrir une cuvée Le Sid 2004 de Matthieu Crosse, propriétaire d’un vignoble d’une quarantaine d’hectares. Ce qui nous donne un vin (avec ses 80% de cépage malbec) aux arômes de cassis et de cerises burlat.

Direction Madiran ensuite, une appellation du Sud de la région, pour déguster un Château Montus 1999. Un vin truffé avec une trame très bordelaise et un grand potentiel de vieillissement.

Retour à Gaillac et place aux vins de voile maintenant avec seulement deux propriétaires qui en produisent (1). Le premier est un Domaine Les Flageoles 2009 provenant d’un cépage mauzac. Un vin avec beaucoup d’arômes, des saveurs de mures et de noisettes notamment, servi sur du fromage de salers et du roquefort.

Second représentant de ces vins de voile, très populaires à Gaillac, avec ce vin élevé sans voile durant huit ans sur un vignoble de 19 hectares, essentiellement consacré aux blancs. Ce qui se traduit ici par une jolie cuvée Les Pissenlits 2002 de chez Dominique Andiran, une cuvée aux saveurs de café et de moka.

Direction l’extrême Sud de la région avec ce Jurançon demi-sec 2013 du Domaine Bru-Baché ensuite, un vin provenant à 100% du cépage manseng. Considéré par Marco Pelletier comme « le plus grand vin moelleux du Sud-Ouest », l’appellation bénéficie d’un climat plus méditerranéen que tous les autres vignobles. Passerillé en vendanges tardives (le passerillage consiste à laisser les raisins sur pied afin qu’ils sèchent sous l’action conjuguée du soleil et du vent, ce qui déshydrate les baies et concentre les sucres), ce vin affiche 35 à 40 grammes de sucres résiduels par litre.

Impossible de ne pas faire étape à Montbazillac avec ce Château Larchère et sa cuvée Véda 2013, une cuvée classique de l’appellation. Un vin très enveloppant aussi qui dégage beaucoup d’énergie. Une dimension à rapprocher de ce terroir proche du Bordelais et qui lui confère donc une relative influence maritime en raison du courant océanique qui y est encore assez présent.

Les seize bouteilles de vins du Sud-Ouest découvertes lors de cette soirée du 22 mai 2017 au bar du Normandy Hotel à Paris

Dernière étape de notre soirée avec ce Château Jolys 1999, un Jurançon du Domaine Latrille. Un vin aux saveurs de truffes noires et avec beaucoup d’énergie servi sur des pruneaux réhydratés à l’armagnac et au vin rouge avec un biscuit et de la crème pâtissière. Encore une soirée chaleureuse qui se termine dans la brise d’un soir de mai en attendant une dernière séance de dégustation avant la trêve estivale. ?

(1) Un « vin de voile » est un vin qui, après fermentation, développe spontanément des levures au contact de l’air, formant ainsi un voile à sa surface durant son vieillissement en tonneau, ce qui lui confère des caractéristiques particulières comme le Xérès ou certains Gaillac.

Les principales appellations des vins du Sud-Ouest

Parmi plus d’une quarantaine d’appellations viticoles dans le Sud-Ouest, voici de par la taille du vignoble (sur un total de 57.000 hectares) les principales d’entre-elles : sans surprise les Côtes-de-Gascogne se taillent la part du lion avec plus de 12.000 hectares, loin devant Bergerac (près de 6.300 hectares) et Cahors (3.434 hectares). Suivent, Gaillac (3.059 hectares), les Côtes-du-Tarn (2.443 hectares), Monbazillac (2.159 hectares), Comté-Tolosan (1.623 hectares), les Côtes-de-Bergerac (1.566 hectares), le Fronton (1.400 Hectares), le Jurançon (1.266 hectares) et le Madiran (1.169 hectares).

A noter que la plus petite appellation est Haut-Montravel (5 hectares), situé à proximité de Bergerac, suivie de La Villedieu (8 hectares), un vin du Tarn-et-Garonne, et Estaing, un vin de l’Aveyron (13 hectares) sur les rives du Lot.

(source : www.france-sudouest.com en décembre 2015, repris par Wikipedia)